Accompagner et éduquer

L'enfant

Autisme et communication : nos conseils

Le développement des compétences de communication, verbale et non verbale, constitue un point clé de l’intégration sociale pour un enfant avec autisme. Comment l’aider à communiquer avec les autres ? Explications et conseils.

Les difficultés de communication des enfants avec autisme

Les spécificités

Un enfant neurotypique va acquérir très tôt ses premiers éléments de communication (babillage, pointage du doigt, acquisition des premiers mots…). Pour un enfant avec autisme, le développement de ces compétences se fera souvent plus tardivement et avec un suivi spécifique.

Chaque enfant avec un trouble du spectre de l’autisme (TSA) est différent face à la communication. Il peut ne pas savoir parler, il peut avoir le langage oral, mais ne pas s’en servir pour communiquer avec les autres, il peut savoir parler et communiquer, mais pas toujours d’une manière appropriée.

Un des troubles du langage assez fréquent chez les enfants autistes est l’écholalie. Ils répètent régulièrement des mots ou des phrases entendues immédiatement (écholalie immédiate) ou précédemment (écholalie différée, une phrase ou un mot entendu dans un dessin animé ou souvent utilisé à la maison, etc.). L’écholalie a souvent peu valeur de communication, mais elle peut avoir du sens dans certains contextes lorsque l’on connait bien l’enfant.

Diagnostic précoce et accompagnement

Quand un enfant bénéficie d’un diagnostic précoce d’autisme, il peut être accompagné avec un apprentissage spécifique et individuel en fonction de ses difficultés : l’attention, le langage, l’échange avec son entourage, etc. Il pourra ainsi acquérir les compétences nécessaires à son inclusion sociale.

Les outils de communication alternatifs

Il est fortement conseillé aux parents d’enfants autistes de prendre rendez-vous avec un orthophoniste ou un professionnel formé aux outils de communication. Il établira un bilan des compétences de communication et aidera l’enfant à les développer. En effet, il existe des outils de communication alternatifs qui permettent à un enfant de s’exprimer. Ils conviennent aux enfants qui ne parlent pas, quel que soit leur niveau de compréhension, et aux enfants qui parlent, mais qui ont besoin d’un soutien dans leur expression verbale (former une phrase, parler plus spontanément, diversifier le vocabulaire, etc.). Les deux principaux outils de communication utilisés auprès des personnes autistes, quel que soit leur âge, sont le PECS (outil de communication par échange d’images) et le Makaton dont l’aspect le plus connu est l’utilisation de gestes. La mise en place d’un outil de communication est fondamentale et permet à la personne de se faire comprendre, d’émettre un besoin, une douleur, une émotion, etc. Des troubles du comportement apparaissent souvent lorsqu’un enfant ou un adulte n’a aucun moyen de s’exprimer. En tant que parents, n’hésitez pas à vous former à ces méthodes afin de pouvoir les mettre en œuvre et en pratique à la maison. Il est primordial que l’enfant ou l’adulte puisse utiliser son outil de communication dans tous ses lieux de vie.

Parallèlement, certains professionnels qualifiés (psychologues spécialisés dans l’autisme, éducateurs) peuvent également accompagner l’enfant avec des programmes d’intervention précoce. Une méthode comportementale, développementale et éducative comme ABA, Denver ou TEACCH peut notamment se révéler très utile dans l’apprentissage de la communication verbale et non verbale.

Nos conseils pour faire émerger la communication

Créez un environnement adapté à la communication

Pour que l’enfant comprenne que vous souhaitez communiquer avec lui, il faut réunir certaines conditions favorables. Rapprochez-vous de lui, placez-vous bien en face à face et à sa hauteur. Éteignez la télévision, rangez la tablette et les éléments perturbateurs. Vous devrez en effet retirer toutes les distractions qui pourraient interférer dans les activités où vous souhaitez attirer l’attention de l’enfant.

Aidez l’enfant à s’intéresser à vous

À la maison ou à l’école, parents ou enseignants, vous connaissez les centres d’intérêt de l’enfant. Alors, dans un premier temps, captez son attention en lui proposant des activités en accord avec ses intérêts. Lors du jeu ou de l’activité, vous pouvez exagérer vos expressions faciales ou appuyer vos gestes. Rendez chaque situation amusante en les accompagnant de petits bruits, de mimiques ou de gestes.

Amenez l’enfant à comprendre l’objectif de la communication

Pour encourager le développement de ses compétences de communication, cherchez à attirer son attention et son intérêt. L’enfant doit comprendre les fonctions du langage et de la communication. Vous pouvez donc créer des situations motivantes et amusantes qui vont l’amener à communiquer. Proposez-lui par exemple un petit morceau de gâteau (ou autre aliment apprécié) et attendez qu’il verbalise, qu’il fasse un geste ou qu’il donne un pictogramme pour en réclamer un deuxième. De même, privilégiez ses jeux préférés pour lesquels l’enfant a besoin de vous. Il sera ainsi obligé de vous solliciter. Vous pouvez interrompre le jeu régulièrement pour que l’enfant demande à continuer. Autre astuce : suscitez des demandes en plaçant hors de sa portée des objets ou des jouets qu’il devra réclamer.

Les prérequis du langage oral

Si l’enfant ne prononce pas encore de mots, l’apprentissage de la communication verbale peut commencer par des petits jeux de bouche et de souffle. Placez-vous devant un miroir pour un concours de grimaces, soufflez ensemble sur une plume pour la voir s’envoler, faites des bruitages en cours de jeux (imitation de bruits d’animaux, de véhicules...), soufflez avec une paille dans le bain, faites des bulles de savon avec différents jouets conçus à cet effet, etc.

Par la suite, présentez à l’enfant des modèles de mots simples pour qu’il puisse s’exprimer. Certains outils peuvent faciliter cette étape d’apprentissage : utilisation d’un micro ou d’applications sur tablette… Accompagnez chaque mot de gestes ou d’images. Quand l’enfant répète le mot de manière déformée, reformulez toujours correctement pour qu’il intègre petit à petit le bon modèle.

Encouragez l’enfant

N’oubliez pas de féliciter l’enfant à chaque tentative d’expression de sa part ! Faites-lui plaisir pour l’encourager à réitérer ses efforts.

A voir aussi...

J'aide Emy à s'intéresser à moi

J'aide Emy à s'intéresser à moi

 

J'aide Sam à communiquer avec des mots

J'aide Sam à communiquer avec des mots