Accompagner et éduquer

Connaître les thérapies

Autisme et thérapie : quelles interventions pour une personne autiste ?

Dès le diagnostic d’autisme établi, enfants et adultes doivent pouvoir bénéficier d’interventions adaptées. Ces interventions visent à améliorer la qualité de vie des personnes TSA par le biais d’actions favorisant la communication, les apprentissages, la socialisation tout en diminuant les troubles du comportement. Veillez à bien vous renseigner sur les méthodes recommandées par la HAS et sur les pratiques des professionnels que vous sollicitez, pour faire votre libre choix.

Éducatrice et fillette autiste cote à cote devant des pièces de jeu

Les interventions biomédicales

Parmi les thérapies proposées, vous entendrez parler de traitements médicamenteux et régimes alimentaires. Si certains d’entre eux disent pouvoir «  soulager  » des symptômes liés au trouble du spectre de l’autisme ou à une maladie associée, à l’heure actuelle et en l’état de l’avancée de la science, aucune étude n’a été validée. Il n’existe pas de traitement miracle.

Les interventions cognitivistes

Les personnes autistes ont un développement cognitif hétérogène. Lorsqu'il y a déficit, il se fait au niveau du traitement de l’information, de la théorie de l’esprit (comprendre la pensée des autres), de la mémoire, du langage, des fonctions exécutives. Les thérapies cognitivistes s’avèrent alors essentielles pour favoriser l’apprentissage et développer les compétences des enfants et des adultes autistes.

Les interventions comportementales

Parmi les interventions comportementales, la méthode ABA, issue des sciences du comportement et particulièrement recommandée par la HAS, permet notamment de favoriser l’inclusion sociale et de développer les capacités d’apprentissage. Ce type d’intervention implique une collaboration étroite entre les parents et les professionnels.

L’objectif : modifier les comportements socialement inadaptés et en enseigner de nouveaux plus appropriés.

Les interventions sur le développement

Des prises en charge éducatives et pédagogiques comme TEACCH ou Denver sont également recommandées par la HAS.

La méthode TEACH consiste notamment à structurer l’environnement de la personne autiste pour se repérer dans le temps et l’espace.

La méthode de Denver (ESDM) se base sur la méthode ABA et est destinée aux jeunes enfants de 12 à 48 mois. Elle consiste à intervenir de manière précoce et intensive auprès des jeunes enfants, mais elle est encore peu développée en France.  

Les interventions intégratives

Les interventions intégratives puisent dans différentes méthodes (comportementales, développementales, éducatives, etc.) pour accompagner l’enfant autiste. Les professionnels mettent en place des programmes éclectiques et personnalisés en vue de faciliter l’inclusion en milieu ordinaire. Les interventions intégratives s’articulent autour de deux axes : le développement des compétences de l’enfant et l’information de l’entourage sur les particularités de l’autisme. La thérapie d’échange et de développement (TED) en est le parfait exemple.

Les interventions psychodynamiques

Parmi les interventions psychodynamiques, des professionnels vous proposeront encore des prises en charge psychothérapeutiques et psychanalytiques. L’efficacité de ces méthodes n’étant pas prouvée, ces thérapies pour l’autisme, sont aujourd'hui considérées comme dépassées. La HAS ne les liste d’ailleurs pas dans ses recommandations.

Les interventions psychomotrices et sensori-motrices

La psychomotricité

Les interventions psychomotrices agissent sur les troubles neuro-moteurs et le développement des capacités psychomotrices. Ces prises en charge à visée rééducative permettent de réduire les troubles (coordination, équilibre, posture, repère spatio-temporel, stimulation sensorielle, etc.).

L’ergothérapie

L’ergothérapie peut être nécessaire pour toutes les adaptations ou autres aménagements et actions nécessaires pour développer l’autonomie de la personne autiste.

Les interventions sur la communication

Des thérapies sur la communication et le langage peuvent intervenir dès le plus jeune âge chez l’enfant autiste. Une prise en charge précoce peut notamment inclure des séances d’orthophonie. Ces thérapies visent à développer les capacités de langage pour favoriser ses relations sociales et l’inclusion scolaire. Les enfants et adultes autistes non ou peu verbaux peuvent également bénéficier de différentes méthodes de communication améliorée et alternative (CAA), comme le PECS ou le Makaton.