Accompagner et éduquer

Connaître les thérapies

Les thérapies et interventions biomédicales en cas d’autisme

Le médicament qui guérit l’autisme n’existe pas ! Mais nous entendons souvent parler des thérapies « biomédicales » qui pourraient atténuer certains troubles ou traiter des pathologies souvent associées à l’autisme. Faisons le point sur ces traitements médicamenteux et alimentaires.

Les thérapies médicamenteuses dans l’autisme

Les médicaments

Il n’existe pas de médicament miracle contre l’autisme. Dans ses dernières recommandations, la Haute Autorité de Santé (HAS) le précise « aucun traitement médicamenteux ne guérit l’autisme ». Toutefois, certains médicaments peuvent être prescrits dans certains cas, comme l’épilepsie, l’attention, le sommeil... troubles souvent observés chez les personnes autistes.

Les traitements médicamenteux ne sont prescrits qu’en dernier recours, et cela sous conditions.

Des avis tranchés sur les traitements médicamenteux

Lors de vos recherches et des différentes consultations médicales, vous entendrez peut-être parler de médicaments. Leur utilisation peut reposer sur des études aux résultats peu probants. En effet, aucun élément sérieux ne permet de prouver leur efficacité dans le traitement du TSA. D'après les recommandations de la HAS, il vous sera ainsi déconseillé d’administrer :

  • la sécrétine ;
  • la chélation ;
  • les médicaments antibiotiques et antifongiques ;
  • le dextromethorphan ;
  • la famotidine ;
  • l’amantadine et les sédatifs.

Avant d’envisager une intervention biomédicale pour votre enfant, vous devez donc vous poser les bonnes questions. Est-ce que ce médicament est sans danger ? Quels sont les effets secondaires et les effets à long terme ? Pour obtenir des réponses, n’hésitez pas à consulter plusieurs médecins spécialistes pour confronter leurs avis.

Thérapies alimentaires et autisme

Régimes et vitamines

Les personnes avec autisme présentent souvent des troubles intestinaux et du système immunitaire pouvant entrainer une inflammation chronique. Ces problèmes résultent de réactions à certains éléments nutritifs, virus, toxines voire à certains aliments. Des régimes alimentaires peuvent alors être proposés aux personnes autistes afin d’apaiser ces troubles digestifs.

Des apports en vitamines peuvent également se révéler bénéfiques, surtout chez les enfants autistes. Ces vitamines peuvent se retrouver dans l’alimentation ou sous forme de compléments alimentaires. Les vitamines B, dont la B6 et la B12, permettent d’améliorer la digestion, favorisent les capacités de communication et agissent sur le comportement. Associée au magnésium, la vitamine B6 apporte des résultats positifs sur le contact visuel, la capacité d’attention et donc l’apprentissage. Les vitamines B12 et C sont également essentielles chez l’enfant en phase d’apprentissage, car elles stimulent son fonctionnement cérébral.

Attention aux dérives

Les avis sur l’efficacité des thérapies alimentaires restent très mitigés et les études scientifiques controversées. Ainsi, la HAS déconseille les régimes sans gluten et sans caséine (sans preuve d’intolérance avérée), même s’ils sont très en vogue actuellement. Les preuves scientifiques permettant de préconiser certaines vitamines, minéraux et acides oméga-3 restent également insuffisantes.

Avant d’intervenir sur le régime alimentaire de votre enfant, vous devez impérativement faire appel à différents professionnels de santé. Une des premières étapes consistera à faire passer un test sanguin pour vérifier les taux de vitamines et de minéraux et identifier d’éventuels manques. En cas de prescription de compléments alimentaires, assurez-vous de bien respecter les doses recommandées.