Accompagner et éduquer

Connaître les thérapies

L’autisme et les interventions intégratives

Les interventions intégratives combinent plusieurs courants théoriques pour accompagner les enfants autistes dans le développement de leurs compétences.

En quoi consistent les interventions intégratives ?

Définition

Les prises en charge intégratives se basent sur des méthodes d’interventions multiples : comportementales, développementales, éducatives, cognitivistes, etc. Elles prévoient donc des programmes éclectiques et variés, établis spécifiquement pour chaque enfant autiste. Un projet personnalisé est établi après une première évaluation de l’enfant. Les interventions évoluent ensuite en fonction de la progression et de la situation. Les prises en charge intégratives prennent également en compte les souhaits des parents et les ressources de l’équipe pluridisciplinaire qui accompagne l’enfant. En l’absence d’études contrôlées, les données ne permettent pas à la HAS de juger de l’efficacité ou de la sécurité des prises en charge intégratives. Néanmoins, à l’issue d’un consensus formalisé, les prises en charge intégratives de type thérapie d’échange et de développement (TED) sont jugées appropriées (accord d’experts) en tant qu’interventions fondées sur une approche développementale, intégrant des principes neurophysiologiques et de rééducation.

Objectifs

Pour les professionnels, une prise en charge intégrée nécessite un travail direct auprès des enfants avec autisme et un travail indirect auprès de l’entourage. Les objectifs se basent donc sur deux composantes :

  • le développement des compétences des enfants autistes (communication, inclusion sociale, comportement) ;
  • l’information de la famille et des personnes intervenant auprès de l’enfant sur ses particularités de développement.

Moyens

Afin d’atteindre ces objectifs, les intervenants peuvent employer deux types de moyens distincts.

  • Moyens spécifiques : accompagnement de l’enfant par une personne référente dans un milieu stable et rassurant. Ces éléments permettront notamment à l’enfant d’avoir une meilleure perception de son environnement et de mieux comprendre les émotions. Deux critères nécessaires au développement de ses habiletés sociales.
  • Moyens non spécifiques : rééducation (orthophonie, psychomotricité), éventuels traitements médicamenteux pour diminuer certains symptômes associés à l’autisme, aménagement de l’environnement pour favoriser l’acquisition de compétences, séances de psychothérapie, etc.

Cohésion entre professionnels et entourage

La prise en charge intégrée utilise le maintien des enfants autistes dans leur milieu comme support pour des projets éducatifs. Afin de faciliter leur développement, professionnels et parents doivent se baser sur le respect des repères au quotidien. Les interventions intégratives font en effet particulièrement appel à l’engagement et au soutien des familles. Comme pour toute prise en charge, professionnels et parents doivent donc garantir une régularité et un parcours de soins coordonnés.

Les critères d’évaluation

Les professionnels mettant en place une intervention intégrative évalueront les progrès de l’enfant selon différents critères :

  • Les capacités cognitives (communication, langage, etc.) ;
  • Le développement des relations sociales ;
  • La prise d’autonomie ;
  • La réduction des comportements autistiques ;
  • L’amélioration de la qualité de vie de l’enfant et de sa famille.

La thérapie d’échange et de développement (TED)

La Thérapie d’échange et de développement, recommandée par la HAS depuis 2012, est un soin individuel réalisé sous la conduite d’un thérapeute spécialisé. Il s’agit d’une intervention basée sur l’échange qui s’appuie sur la plasticité cérébrale. Les objectifs sont multiples :

  • développer les fonctions de communication ;
  • donner à l’enfant le goût et la motivation d’interagir ;
  • réduire les comportements autistiques.

Elle propose la mise en place d’un programme cohérent de soins psychoéducatifs, de techniques neurophysiologiques et de rééducation.

La TED nécessite une réflexion pluridisciplinaire. Elle fait partie intégrante d’autres interventions, impliquant notamment des rééducations motrices et orthophoniques, des activités scolaires et sportives, etc.