S'informer

La scolarité et les soins

Scolarisation d’un enfant autiste en classe ordinaire ou à domicile

Votre enfant autiste est en âge d’être scolarisé et vous souhaitez qu’il intègre une classe ordinaire ? C’est tout à fait possible. Mais avant tout, scolariser votre enfant nécessite une sensibilisation sur son handicap et des aménagements adaptés à ses besoins éducatifs.

Pourquoi scolariser un enfant autiste en milieu ordinaire ?

Pour votre enfant, la scolarisation dans une classe ordinaire va permettre non seulement d’accéder aux apprentissages, mais aussi de développer ses capacités sociales. Votre enfant pourra s’épanouir et progresser de manière durable s’il dispose d’un accompagnement optimal au sein de sa classe.

N’hésitez pas à vous renseigner auprès de la MDPH de votre département et d’associations locales sur l’autisme. Elles pourront vous aider dans les démarches de scolarisation de votre enfant.   

Aborder l’autisme avec l’école de votre enfant

Le trouble du spectre de l’autisme reste assez peu connu des établissements scolaires. Les enseignants et les encadrants sont peu formés et vous allez devoir les éclairer sur le fonctionnement propre à votre enfant. Commencez par sensibiliser les enseignants et les élèves sur ses troubles et ses comportements inhabituels. Cette première initiative les rassurera et leur permettra de mieux comprendre ce nouvel élève qu’ils vont accueillir dans leur classe. Cette démarche facilitera l’inclusion et l’accompagnement de votre enfant. Encore une fois, vous pouvez solliciter des associations spécialisées ou le CRA de votre région pour obtenir des informations et des supports de sensibilisation.

Les aménagements scolaires

Le Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS)

Dirigez-vous vers l’établissement scolaire de votre enfant afin de mettre en place une Équipe de Suivi de Scolarisation (ESS). Cette réunion sera animée par l’enseignant référent de secteur. Les parents, les professionnels qui entourent l’enfant et l’ensemble de l’équipe pédagogique y seront conviés. À l’issue de l’ESS, des documents seront rédigés : le PPS (Projet Personnalisé de Scolarisation) et le GEVA-sco (Guide d’évaluation des besoins de compensation en matière de scolarisation). Ces documents permettent de faire un état des lieux des compétences de l’enfant et de lister ses besoins :

  • la présence d’un AVS (Auxiliaire de vie scolaire) ou d’un AESH (Accompagnant des Élèves en Situation de Handicap) ;
  • l’aménagement des enseignements ;
  • l’attribution de matériel pédagogique adapté.

Ces documents seront à inclure au dossier MDPH, conjointement à vos autres demandes : reconnaissance du handicap de votre enfant, Allocation d’Éducation de l’Enfant Handicapé (AEEH), Prestation de Compensation au Handicap (PCH).

À la suite du dépôt et après étude de votre dossier, la CDAPH (Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées) vous délivrera une notification pour chacune de vos demandes.

 

L’aménagement de la salle de classe

L’enseignant de votre enfant doit le recevoir dans un environnement accueillant et pédagogique. En tant que parents, vous pouvez suggérer des aménagements de sa salle de classe. Pour ce faire, proposez par exemple à l’enseignant la mise en place de repères visuels (aide-mémoire, pictogrammes, emploi du temps imagé, consignes visuelles, codes-couleurs…). Il est également préférable que votre enfant soit placé face au tableau, près du professeur et loin de toutes sources de distraction ou de stimuli perturbateurs (fenêtres, paysage extérieur, autres élèves placés devant lui, etc.). Pour optimiser sa concentration sur les temps de travail personnel, il est souvent très aidant pour l’enfant d’être sur une table individuelle face à un mur sans y ajouter d’affichage qui ne serait pas une aide visuelle nécessaire.

 

Demande de matériel spécifique

À la suite d’un bilan réalisé par un ergothérapeute ou un psychomotricien, s’il s’avère nécessaire pour votre enfant d’être soutenu par du matériel adapté (ordinateur, tablette, logiciel, etc.), sachez que vous pouvez en faire la demande auprès de la MDPH. Une notification sera adressée par la MDPH à vous et au DASEN (Directeur académique des services départementaux de l’Éducation nationale) pour attribution. Les délais sont assez longs, vous devez donc prévoir la demande en novembre pour la rentrée suivante.

 

La structuration du temps

Ce type d’aménagement permet à votre enfant de mieux se repérer dans le temps et d’anticiper le déroulement des cours. Il est essentiel, pour toutes les personnes qui l’accompagnent :

  • de mettre en place un emploi du temps visuel dans la classe ;
  • de préciser les durées de chaque activité (avec l’aide d’un Time Timer par exemple, petite pendule visuelle qui permet de prendre conscience du temps) ;
  • de rassurer l’enfant avec des rituels.

Enfin, la scolarisation dans une classe ordinaire peut être soutenue par l’intervention d’un SESSAD.

Scolarisation à domicile

Vous pouvez aussi envisager une scolarisation à domicile avec le CNED (Cours National d’Enseignement à Distance) ou l’IEF (Instruction en Famille). Ces options sont toutefois très réglementées et exigent un investissement important de la famille.

Le CNED réglementé

Pour avoir accès au CNED réglementé, vous devez justifier du handicap de votre enfant. Vous devrez donc obtenir l’accord d’orientation de la CDAPH et un certificat médical attestant que votre enfant ne peut suivre une scolarité en milieu ordinaire, adapté ou en IME. Vous devrez ensuite remplir un dossier auprès du CNED qui devra être validé par le DASEN.

Contrairement au CNED libre, le CNED réglementé dispense un enseignement gratuit. Votre enfant sera considéré comme scolarisé et sera inscrit dans un établissement scolaire ordinaire de référence. Il bénéficiera ainsi d’un suivi de l’équipe éducative de l’école. L’enseignement peut également être partagé : votre enfant pourra suivre quelques cours à l’école (sport, musique, etc.) et d’autres par correspondance avec le CNED réglementé.

 

L’IEF, Instruction en Famille

Si vous faites le choix de l’IEF, vous êtes alors libres de choisir les méthodes pédagogiques et les programmes. Il est toutefois préférable de choisir des solutions qui se réfèrent aux programmes de l’Éducation nationale. Le DASEN effectuera dans tous les cas un contrôle de l’instruction et de l’acquisition des connaissances au moins une fois par an. Dans le cas de l’IEF, l’enfant n’est rattaché à aucun établissement scolaire de référence et ne peut donc pas bénéficier du soutien d’une équipe pédagogique.