S'adapter

Travailleurs sociaux

Autisme : comment gérer le départ en retraite ?

Le passage de la vie active à la retraite peut être déstabilisant pour les personnes avec autisme. Pour pouvoir franchir ce cap en toute sérénité, elles ont besoin d'un accompagnement spécifique. En tant que travailleurs sociaux, votre rôle consiste à accompagner les adultes ayant un TSA avant et pendant leur retraite. Autisme Info Service vous fournit quelques informations utiles pour vous guider.

Qu'est-ce que la retraite anticipée ?

Cadre général de la retraite anticipée

La retraite anticipée fait partie des aides spécifiques proposées aux salariés en situation de handicap, et notamment aux personnes TSA. Elles ont ainsi la possibilité de partir en retraite avant l'âge légal sous certaines conditions. Le travailleur handicapé pourra alors bénéficier d'une retraite à taux plein dès l'âge de 55 ans. Pour y prétendre, il doit :

  • justifier d'un taux d'incapacité permanente d'au moins 50 % attribué par la MDPH ;
  • avoir validé une durée d'assurance vieillesse et un nombre minimal de trimestres cotisés.

La demande de retraite anticipée par un travailleur autiste doit se faire auprès de la dernière Caisse de retraite à laquelle il est affilié. En cas d'acceptation, la liquidation de sa pension aura lieu avant l'âge légal de départ en retraite. Sa retraite complémentaire lui sera versée sans aucun abattement.

La retraite anticipée en cas d'incapacité permanente

À noter : la retraite anticipée est également possible pour les salariés autistes en incapacité permanente à la suite d'une maladie professionnelle ou d'un accident de travail. Ces personnes peuvent demander à partir en retraite dès l'âge de 60 ans, quelle que soit leur durée d'assurance. Pour cela, ils doivent bénéficier d'un taux d'incapacité permanente d'au moins 20 %. Pour les salariés exposés à un ou plusieurs facteurs de risques professionnels pendant 17 ans, ce taux se situe entre 10 % et 20 %, si leur incapacité est en lien direct avec cette exposition.

La retraite en cas d'inaptitude au travail

La retraite peut être attribuée aux travailleurs autistes s'ils sont reconnus inaptes au travail ou s'ils bénéficient d'une pension d'invalidité. Elle leur donne droit à un départ en retraite à taux plein à partir de 62 ans et sans durée minimum de trimestres cotisés. Ce cas s'applique aux personnes en situation de handicap, dont celles avec autisme :

  • se trouvant dans l'impossibilité de continuer à exercer leur activité professionnelle ;
  • justifiant d'une incapacité de travail minimale de 50 % constatée par un médecin, quelle qu'en soit l'origine.

Certains salariés autistes peuvent être déclarés inaptes au travail avant l'âge de la retraite sans avoir besoin de passer une visite médicale. Il s'agit notamment des personnes reconnues invalides avant leurs 62 ans, de celles qui bénéficient d'aides comme l'AAH (allocation adulte handicapé) ou d'une reconnaissance d'incapacité permanente d'au moins 80 %.

Comment accompagner une personne autiste à la retraite ?

À la retraite, l'autisme peut se traduire par des troubles qui deviennent plus complexes avec l'âge (perte d'autonomie, diminution des fonctions cognitives, troubles comportementaux…). C'est pourquoi les adultes TSA à la retraite ont besoin d'une prise en charge adaptée et spécifique. Si vous suivez un travailleur autiste en retraite, vous pouvez par exemple l'aider à obtenir :

  • des aides pour les gestes de la vie quotidienne (alimentation, sommeil, soins d'hygiène, activités et loisirs…) ;
  • un environnement adapté à ses besoins et à son état de santé ;
  • un suivi médical régulier pour soigner les pathologies associées au trouble du spectre de l'autisme ;
  • un soutien psychologique pour l'aider à surmonter ses difficultés.