Accompagner et éduquer

L'adulte

Adulte avec autisme : comment gérer vos particularités ?

Les particularités autistiques restent présentes tout au long de la vie d’une personne autiste. Des prises en charge spécifiques permettent aux enfants d’apprendre à les comprendre et à les faire évoluer. Mais quand le diagnostic est tardif et que vous apprenez votre autisme à l’âge adulte, vous pouvez également agir et bénéficier de certains conseils pour mieux appréhender vos difficultés et particularités.

Mieux gérer ses difficultés relationnelles

Construire son environnement social

Chaque adulte, qu’il soit neurotypique ou TSA, a besoin de se construire un environnement social pour s’épanouir.

La difficulté à nouer des relations sociales vient souvent d’une incompréhension des codes sociaux ainsi que des émotions et intentions des autres personnes. Les interventions cognitivistes [a1] peuvent aider les adultes autistes à mieux comprendre et à exprimer leurs émotions (évaluations, ateliers d’habiletés sociales, mises en situation…). Les associations locales dédiées à l’autisme sauront vous conseiller et vous orienter dans cette démarche.

Pour optimiser votre intégration sociale et votre confiance en vous, vous pouvez commencer par fréquenter des lieux, des événements, des activités correspondant à vos centres d’intérêt. Vous pourrez y établir de brèves conversations et aurez ainsi plus de chances de nouer des relations amicales.

Accompagnement personnalisé

Si vous rencontrez des difficultés à échanger avec les autres, si vous avez tendance à vous isoler, vous pouvez également faire appel à un accompagnateur ou à un éducateur spécialisé. Ce professionnel vous aidera à mieux appréhender les comportements et les émotions d’autrui. Cette compréhension facilitera le développement de vos compétences sociales, vos échanges et vos conversations.

 [a1]Lien vers/accompagner-eduquer/therapies/interventions-cognitivistes

Mieux gérer ses troubles du comportement

En cas de colère ou d’anxiété, soyez à l’écoute de vos besoins. Vous savez quelles activités vous apaisent : faire une activité relaxante (musique, automassages, exercices de respiration…), sortir prendre l’air pour vous isoler un peu, prendre un moment pour faire une activité qui correspond à vos centres d’intérêt, etc.

Si le stress déclenche des mouvements moteurs trop envahissants, les interventions comportementales [a1] ou les jeux de rôle peuvent aider à réduire les comportements inadaptés.

 [a1]Lien vers/accompagner-eduquer/therapies/interventions-comportementales

Mieux gérer ses troubles de la communication

Si vous avez des difficultés de communication, elles auront peut-être été détectées et prises en charge durant votre enfance, sans toutefois être associées à un diagnostic d’autisme. Les séances d’orthophonie peuvent être bénéfiques aux enfants comme aux adultes. Dans le cadre professionnel, essayez de privilégier les métiers qui passent par une communication par mail plutôt que par téléphone ou par visioconférence. Dans votre vie quotidienne, préférez les conversations par SMS aux appels téléphoniques. Vous pouvez également recourir à des interventions propices au développement de la communication, qu’elle soit écrite ou orale. Pour vaincre vos difficultés de communication, vous pouvez notamment vous référer à certains outils comme :

  • le PECS (Pictures Exchange Communication System), outil de communication par échange d’images ;
  • le MAKATON, programme d’aide à la communication et au langage.

La résistance au changement

Vous acceptez difficilement le changement et la nouveauté ? Sachez que cette particularité est très courante chez les personnes avec autisme. Il existe cependant des solutions pour pouvoir y faire face. N’hésitez pas à partager avec vos proches vos besoins d’anticipation face au changement. Ils pourront peut-être s’adapter davantage à vos particularités. De même, l’utilisation d’outils de planification (emploi du temps, agenda) permet de mieux gérer les événements dans le temps. Une intervention comportementale peut être une solution, notamment pour diminuer votre stress au quotidien. Vous pourrez ainsi mieux appréhender la nouveauté et tentez progressivement de nouvelles activités.

La sélectivité alimentaire

Les enfants et adultes porteurs du trouble du spectre de l’autisme ont régulièrement des sensibilités sur certains aliments. Elles peuvent venir des particularités sensorielles de la personne, de sa résistance au changement ou provenir d’autres causes auxquelles nous trouvons encore peu d’explications. À l’âge adulte, cette sélectivité peut perturber l’intégration sociale (repas en famille, entre amis, restaurant, déjeuner sur le lieu de travail…). Si cette difficulté est trop invalidante, rapprochez-vous d’un professionnel ABA.