S'informer

Le dépistage, les premiers signes

Comment détecter l’autisme chez les filles ?

L’autisme peut se détecter très jeune chez les enfants. Tout comme les garçons, les filles autistes présentent des signes d’alerte que les parents ne doivent en aucun cas négliger. Vous trouvez que votre petite fille s’isole ? Votre entourage vous fait la remarque sur des comportements inadaptés ? Faisons le point ensemble sur les spécificités de l’autisme chez les petites filles.

Les signes d’alerte chez les filles autistes

Les troubles liés à l’autisme

En tant que parents, vous aviez déjà constaté quelques incohérences dans le comportement de votre enfant. Arrivée à la crèche, certaines remarques des puéricultrices sont venues étayer ces doutes. Même si le mot « autisme » n’a pas été prononcé, vous vous posez tout de même des questions. Consultez notre liste non exhaustive des troubles les plus fréquents liés à l’autisme.

Difficultés dans les relations sociales

Les enfants qui présentent un trouble du spectre de l’autisme éprouvent des difficultés sur les plans relationnel et social. Ils se montrent effacés, ont tendance à s’isoler, surtout en collectivité. Votre petite fille ne va peut-être pas à la rencontre des autres, elle n’essaye pas d’imiter les enfants de son entourage. Elle peut ne pas avoir de problème de langage, mais avoir du mal à comprendre et à se faire comprendre. Elle a donc tendance à éviter les autres. Les enfants avec autisme se retrouvent souvent incompris du fait de leurs difficultés relationnelles. Après avoir été diagnostiquées et avoir bénéficié d’un accompagnement personnalisé, les filles parviendront plus facilement à entretenir des relations amicales.

Autisme féminin et difficulté de diagnostic

Le repérage de ces symptômes s’effectue parfois plus tardivement chez les petites filles que chez les garçons. Le trouble du spectre de l’autisme fait d’ailleurs souvent l’objet d’une sous-évaluation et d’un sous-diagnostic chez les filles.

Un handicap compensé

Une fille avec autisme va souvent disposer d’une meilleure capacité d’adaptation qu’un garçon. Elle va ainsi pouvoir « camoufler » son handicap en ayant recours à différentes stratégies pour compenser certaines difficultés de communication. Parents et entourage jugeront ainsi « normal » son développement à l’école et en public.

Un diagnostic tardif

Cette tendance des filles à mieux « dissimuler » les symptômes des TSA mène souvent à un diagnostic tardif. Si les signes de l’autisme sont repérables entre 18 mois et 3 ans, à ce jour, familles et médecins peuvent confondre, chez les petites filles, timidité et difficultés sociales. Une petite fille calme et qui se met en retrait, c’est par exemple, une petite fille sage et timide. Alors que ce comportement va plus nous interpeler chez un petit garçon.

Une prise en charge personnalisée

Si le comportement de votre fille vous inquiète, parlez-en à votre médecin. N’hésitez pas à lui demander de vous orienter vers un service spécialisé, qui pourra répondre à vos questions, et si nécessaire engager un temps d’évaluation diagnostique ; ceci dans le seul but de proposer un accompagnement adapté à votre fille.